Les vaches à l’alpage : les bons comportements à adopter

Certains malheureux incidents ont récemment mis en lumière la cohabitation, parfois difficile, entre les vaches et les randonneurs en montagne. Quels comportements faut-il adopter lorsque l’on croise un troupeau sur un sentier de randonnée ? La plupart relève du bon sens et du respect. Entretien réalisé auprès de Grégoire Bonvin, Enseignant à l’Ecole d’Agriculture du Valais – Châteauneuf

Par Adeline Beijns

Au début de l’été a lieu la traditionnelle montée des vaches à l’alpage, d’où vient cette tradition ?

Il s’agit d’une tradition ancestrale, les premières traces de montée à l’alpage du bétail, remontent à 2000 ans avant notre ère. Pour des raisons avant tout économiques, entre la fin du mois de mai et la fin du mois d’août, les bêtes montent en altitude pour avoir accès à des pâturages frais et abondants,

Ces vaches semblent pour la plupart être laissées en relative autonomie à l’alpage, est-ce vraiment le cas ?

Oui et non, cela dépend avant tout du type de troupeau. Ce dernier doit être régulièrement contrôlé par les exploitants, c’est prévu ainsi par la législation en matière de protection des animaux, mais il existe des différences selon qu’il s’agisse de vaches laitières ou non.

Quels sont les différents types de vaches que l’on peut rencontrer à l’alpage ? Comment décririez-vous leur tempérament ?

Il en existe principalement trois à savoir, les vaches laitières, les vaches allaitantes et les génisses. Les vaches laitières sont celles qui ont le plus de contacts avec l’homme puisqu’elles sont traites deux fois par jour, matin et soir. Elles sont déplacées en fonction de la disponibilité de l’herbe et sont maintenues dans des parcs relativement petits en suivant la pousse de l’herbe. Leur tempérament est calme et docile et elles sont habituées à la présence quotidienne de l’homme ; elles ne présentent ainsi pas la moindre agressivité.

Cela est différent pour les vaches allaitantes qui vivent avec leur veau qu’elles élèvent et protègent. Ces animaux sont aussi contrôlés mais moins régulièrement que les vaches laitières ce qui fait qu’ils sont moins habitués à l’homme et peuvent parfois se montrer agressifs surtout lorsque quelqu’un s’approche de leurs petits. Un taureau les accompagne parfois et dans ce cas-là, mieux vaut ne pas s’en approcher. Enfin, en ce qui concerne les génisses qui sont de jeunes vaches qui n’ont pas encore eu de veau, elles sont relativement craintives et s’éloignent généralement à l’approche des promeneurs

Quels sont les principaux dangers auxquels s’exposent les vaches à l’alpage ?

Les conditions météorologiques parfois violentes comme l’orage ou la foudre représentent un danger marqué pour les troupeaux. Ces derniers peuvent s’emballer et tomber d’une falaise ou se blesser sur les terrains escarpés des alpages. Pour les vaches, je dirais que le loup ne constitue pas encore un réel danger en raison de leur taille imposante et du fait qu’elles pâturent les terrains les plus « faciles » des alpages et donc les moins élevés en altitude.

Quels sont les bons comportements à adopter lorsque l’on rencontre ces différentes vaches en montagne ?

Sachant que les exploitants d’alpage laissent généralement libres les chemins de randonnée, je dirais que les bons gestes relèvent avant tout du bon sens. Il s’agit ainsi de refermer les grilles et les portails éventuels que l’on serait amené à franchir, de tenir les chiens en laisse, de contourner les troupeaux et de ne surtout pas s’approcher des veaux même s’ils sont mignons.

Outre ces recommandations de base, il est conseillé de ne pas nourrir les animaux car cela peut être dangereux pour leur santé mais aussi de ne pas sortir des chemins de randonnée balisés pour préserver la flore et la faune sauvages. Enfin, on n’y pense pas toujours mais les déjections de chiens dans les pâturages peuvent causer des avortements chez les vaches. Il convient donc de ramasser les crottes de son chien même si on est en pleine nature.

Adoptez les bons gestes, c’est vachement simple !

Partagez sur

Facebook

Plus d’articles :

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le patou !

Ils nous rappellent notre enfance lorsqu’on vibrait aux côtés de Belle et Sébastien. Les patous, nom donné aux grands chiens blancs de protection, inspirent le respect non seulement par leur force mais aussi par leur travail au service du troupeau. Entretien réalisé auprès de Damien Jeannerat, berger et éleveur valaisan de Bergers des Abruzzes, chiens de protection de troupeaux de moutons

Lire la suite »

Les vaches à l’alpage : les bons comportements à adopter

Certains malheureux incidents ont récemment mis en lumière la cohabitation, parfois difficile, entre les vaches et les randonneurs en montagne. Quels comportements faut-il adopter lorsque l’on croise un troupeau sur un sentier de randonnée ? La plupart relève du bon sens et du respect. Entretien réalisé auprès de Grégoire Bonvin, Enseignant à l’Ecole d’Agriculture du Valais – Châteauneuf

Lire la suite »

Quand les légendes (re)deviennent réalité

Nos ancêtres ont prêté toutes sortes de pouvoirs démoniaques aux animaux imposants qu’ils ne pouvaient contrôler. Persécutant ces démons pour protéger tant les hommes que les troupeaux, les pauvres bêtes dont le loup, le gypaète barbu et le sanglier avaient (presque) disparu d’Europe occidentale au siècle dernier, les reléguant au rang d’ « animaux légendaires ». Fort heureusement, ces animaux repeuplent à nouveau nos contrées.

Lire la suite »

Qui sont les chiens de sauvetage aquatique ?

Ils sont beaux, ils sont forts et ils sauvent des vies. Les chiens de sauvetage dans l’eau fascinent depuis toujours. Comment sont-ils formés et existe-t-il des races prédisposées ? Entretien réalisé auprès de Julien Savary, Président de l’Amicale Neuchâteloise des Chiens de Sauvetage Aquatique (ANCSA)

Lire la suite »

Les animaux ont-ils un sixième sens ?

Vous êtes tranquillement assis sur votre canapé. Alors que tout semble calme et silencieux, Médor, se lève et aboie en regardant fixement le buffet dans votre salon. Mais quelle mouche a bien pu le piquer ? Ou verrait-il des choses qui nous sont imperceptibles ?

Lire la suite »